Fosses et sites du génocide à Kabarondo recensés dans le Rapport préliminaire (1996)

L’Assistant actuel Bourgmestre, Madame KAMAGAJU Béatrice nous a donné les informations suivantes :

  • Le Bourgmestre de la Commune pendant le génocide : NGENZI Octavien (en fuite)
  • Le conseiller de Secteur Kabarondo pendant le génocide : RWASAMIRERA Pierre (en fuite)
  • Les Responsables de Cellule Kabarondo pendant le génocide : NSENGIYUMVA Muhamud (en fuite)
  • Les Secteurs les plus touchés par le génocide sont : RUYONZA, RURAMIRA, NKAMBA, RUKIRA, NYUNGWE.
  • Dans la commune, certains vieillards ont eu une part dans le génocide en se faisant consulter par les Interahamwe pour établir l’identification ethnique des personnes pourchassées : c’était les grands connaisseurs de la généalogie des personnes visées.
  • Une milice dénommée « SIMBA BATALIAN » a été la grande opératrice du génocide.
  • Son promoteur est le Colonel RWAGAFIRITA, originaire du secteur Gasetsa, commune Kigarama.
  • Le grand génocide dans cette commune a été opéré dans l’église de Kabarondo, aujourd’hui réparée. Il s’y était réfugié des gens venus de la commune Kabarondo et des communes environnantes (Kayonza et Kigarama). Ceux qui n’avaient pas pu rejoindre les autres à l’église ont été abattus dans leur propriété et jetés dans les fosses-latrines.
    Certaines fosses contiennent plus de 20 cadavres qui n’ont pas été déterrés jusqu’aujourd’hui pour être inhumés décemment.

SITE DE L’EGLISE KABARONDO

Derrière l’église, une fosse de 18 m et 8 m. Les corps y ont été jetés par les Interahamwe. Les victimes ont été abbatus (sic) par les Interahamwe et les gendarmes de la brigade de Kibungo. La place a été aménagée plus tard mais les corps n’ont pas été déterrés (voir photo IV, 34)

  • Date de la mort : entre le 7 et le 13/4/1994.
  • Nombre de victimes : beaucoup de monde.
    Les listes suivront.

SECTEUR RUYONZA, CELLULE GITWA

  • Le Conseiller pendant le génocide : MUNYEMANA Simon
  • Le Responsable pendant le génocide : KIMONYO Jean Bosco
  • Une fosse profonde de 4 m au moins et d’une longueur de 40 m × 1 m se trouve dans un terrain non exploité appartenant à KOROTI Etienne, interné en prison pour génocide.
    (Photo IV, 35). On s’est demandé à quoi était destinée cette fosse avant le génocide. Les ossements ont été trouvés à l’amont du canal-fosse, probablement que d’autres ont été emportés par l’érosion dans la vallée.
  • Nombre de morts jetés dans cette fosse : à peu près 40 cadavres de personnes de la région et d’autres venus de Bicumbi. Les corps n’ont pas été déterrés. On n’a fait que couvrir d’un peu de terre les ossements dans la fosse accusant une grande pente.
  • La fosse est à 100 m de la maison de KOROTI Etienne où nous avons trouvé sa femme Stéphanie qui prétendait que son mari ne pouvait pas nous donner d’autres informations, étant cloué au lit. Mais la réalité est que KOROTI Etienne est en prison à Kibungo, de même son fils TWIZEYIMANA.
  • Une autre fosse-latrine dans la parcelle de NDAYAMBAJE Samson (†). Elle mesure 1,50 × 0,80 m et une profondeur de 12 m (Photo IV, 36).
    Le nombre de victimes qui y ont été jetées est estimé à 12 personnes.
  • Une autre fosse-latrine dans la parcelle de MUTEMBEREZI Léonidas (Photo IV, 37).
    Elle contient 60 cadavres.
  • Le témoignage est donné par :
    1. MUKANGARAMBE Laurence dont des membres de famille sont dans la fosse
    2. NTEZIRYAYO Emmanuel, actuel Conseiller de secteur
    3. MAJYAMBERE Silas (14 ans)

Sauveur: GAKWAYA Faustin
Date de la mort : 10/4/1994
Commentaire : Dans la commune, il y a beaucoup de fosses-latrines qu’on n’a pas pu visiter.
Les rescapés les connaissent et disent qu’elles contiennent encore des cadavres.

  • Les grands sites de cette commune sont :
    1. La place derrière l’église Kabarondo, en dessous de bureau communal.
    2. La fosse-crevasse dans un terrain inexploité.

Source : République du Rwanda. Commission pour le Mémorial du génocide et des massacres au Rwanda, Rapport préliminaire d’identification des sites du génocide et des massacres d’avril-juillet 1994 au Rwanda, Kigali, Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Culture, 1996, p. 122-124.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *