À propos

Du 10 mai au 1er juillet 2016 se déroulera à la Cour d’Assises de Paris le procès de Tito Barahira et d’Octavien Ngenzi, bourgmestres successifs de la commune de Kabarondo (préfecture de Kibungo), de 1976 à 1986 pour le premier, et de 1986 à 1994 pour le second. Ce procès, le second en France après celui de Pascal Simbikangwa en 2014, me fournira l’occasion d’un terrain complémentaire à celui que je mène au nord du Rwanda dans le cadre de ma thèse, consacrée aux notabilités rurales et à la compétition politique locale entre les années 1930 et 1994. En suivant au jour le jour les débats sur l’implication supposée de deux notables et leaders politiques dans le génocide, il s’agira de saisir tout à la fois la nature de cette participation, et la manière dont celle-ci est corrélée à leur statut social et à leur insertion locale sur le temps long. Surtout, au-delà d’une restitution factuelle des faits, je souhaiterais interroger la manière dont la justice appréhende – et (d)écrit – le rôle des autorités administratives dans la perpétration du génocide. Ainsi, en envisageant le tribunal à la fois comme une scène et comme le lieu d’élaboration d’un discours historique, le procès me fournira l’occasion d’amorcer une réflexion située sur l’écriture de l’histoire en contexte judiciaire.